Histoire[s] de cinéma[s] à Paimboeuf

RÉALISATION EN COURS
Histoire[s] de cinéma[s] à Paimboeuf

Résumé

Je suis Paimblotine, c'est-à-dire que j'habite Paimbœuf, une petite commune de Loire-Atlantique située sur l'estuaire de la Loire. Quelques rues derrière chez moi, les vestiges d’un cinéma des années 30 m'intriguent. Quels souvenirs la façade murée enferme-t-elle ? Pourquoi cette ruine m’émeut-elle ? Cette salle de cinéma abandonnée constitue le point de départ de ce documentaire. Je cherche dans les archives et les témoignages des aînés. J’y reconnais le cinéma populaire, accessible, fédérateur que je m’efforce de promouvoir au quotidien. Je suis programmatrice d'un festival de cinéma ambulant et je mène des ateliers d’éducation l’image. Mon enquête trouve un fort écho dans mon travail. Le film tisse la trame de cette résonance entre passé et présent.

Déroulement

Depuis juin 2020, Julie Rambaud travaille sur un documentaire autour du cinéma à Paimboeuf. Il a pris une première forme à l’occasion d’une création réalisée pour la manifestation Détour(s) à Paimboeuf les 5 et 6 septembre derniers. Un montage de 20 minutes a été présenté pour faire connaitre le projet aux habitants de la commune et récolter une matière supplémentaire pour son développement.

Pendant l’été, Julie a donc lancé un appel par voie de presse, comme une bouteille à la mer, pour interpeler la population locale : "que sont devenus les films tournés au 20e siècle à Paimboeuf par le Ciné-club ? Qui étaient les vidéastes et les photographes ? Existe-t-il d’autres films tournés par les particuliers en dehors du Ciné-club ? Reste-t-il des photos oubliées dans les greniers ? La boite carrée recherche documents et témoignages pour guider ses explorations !" 

Des personnes ont répondu, qui détenaient des images d'archives et/ou des souvenirs. 

L’accueil reçu à l’occasion des projections publiques a conforté cette quête ; des spectateurs ont rapporté de nouveaux films Super 8 et de nouveaux contacts. 

Une forme plus longue est en développement. Le projet a été retenu pour la résidence "parcours d'auteurs" proposée par la Plateforme, pôle cinéma audiovisuel des Pays de la Loire. Il est aujourd'hui suivi par Emmanuelle Jacq, productrice chez .Mille et Une. films à Rennes.