Le plein de Super - Aljezur

Date(s) de projection: 
Mardi, 25 juillet, 2017 - 21:30 - Jeudi, 27 juillet, 2017 - 23:00
Aljezur

Le Plein de Super a été accueilli par la Freguesia d'Aljezur pour trois séances de courts-métrages :

  • 25 juillet : Carrascalinho
  • 26 juillet : Aljezur
  • 27 juillet : Vale da Telha

 

Retour sur projections

Arrivés la veille de la première projection à Odeceixe, nous retrouvons Conceição qui a gentiment organisé notre venue dans l’Algarve, et nous laissons guider par elle ; nous ne connaissons pas encore les lieux exacts des séances, c’est un peu déstabilisant, mais nous lui faisons confiance. Nous la voyons se débattre avec les juntas de freguesia qui nous accueillent et nous admirons sa patience!

Elle nous amène à Carrascalinho… Quel contraste avec Sesimbra! Ici, nous nous retrouvons dans un hameau de quelques maisons et 50 habitants! Nous stationnons le bus devant un café improbable qui reçoit deux clients dans la journée pendant que nous montons. Cet environnement nous parait étrange, mais le paysage autour reste absolument magnifique et les quelques voisins que nous croisons semblent plutôt avenants. Tout de même, nous nous demandons qui va venir le soir dans cet endroit perdu pour regarder des courts-métrages… D’autant plus que nous rencontrons le président de la Junta de freguesia d’Aljezur qui nous annonce avoir communiqué pour une projection dès 20h! Nous lui expliquons que non, ce ne sera pas possible, qu’il faudra attendre la nuit. Alors à 21h30, c’est avec un soulagement certain que nous avons vu les voitures se garer. Et puis, quand nous avons reconnu nos rencontres de l’an dernier, Gil et Anne, parmi les spectateurs, nous avons mieux compris : depuis Conceição, le boca a boca avait fonctionné! Téléphone, mail… le petit réseau était bel et bien informé! Ce soir-là, il s’est passé quelque chose : pour la première fois, nous a-t-on dit, un cinéma ambulant s’arrêtait à Carrascalinho. Nul n’aurait parié qu’il saurait mobiliser une quarantaine de personnes!

Le lendemain, changement de décor, changement d’ambiance : nous sommes programmés à Aljezur face au marché municipal. C’est un lieu très passant, très vivant. Le problème, c’est que le parking est rempli et que nous ne pouvons pas occuper l’espace, aucun emplacement n’ayant été réservé. Il reste une voiture noire, une seule, mais qui gêne définitivement. Paulo, qui tient le café où nous patientons, mène son enquête en vain : personne ne sait à qui elle appartient. L’heure tourne et nous devons prévoir le temps de montage. À 17h, nous décidons d’inverser les choses : nous dresserons l’écran devant la porte du mercado, le car restera derrière le public. Le soir venu, nous reconnaissons des visages de la veille, des spectateurs qui suivent la tournée. Auxquels s’ajoutent de nombreux curieux, touristes ou non. Encore une belle séance!

Troisième jour, nous découvrons le lieu prévu à Vale da Telha, exposé au vent, un peu perdu au milieu des blocs d’appartements… Ici, les gens parlent anglais, français, peu portugais, c’est surprenant! On nous prévient que la situation risque d’être difficile, tant à cause de l’endroit et de l’absence de communication que des conditions météorologiques. Effectivement, quand on en arrive à penser que si personne ne venait, on pourrait vite démonter et rentrer se mettre au chaud… Pour autant, la séance a bien eu lieu devant une vingtaine de courageux que le froid n’a pas empêché de rire pendant la projection!