Le plein de Super - Penafiel

Date(s) de projection: 
Vendredi, 30 juin, 2017 - 21:30 - Mercredi, 5 juillet, 2017 - 00:00
Penafiel

Nouvelle destination portugaise pour Le plein de Super ; le petit cinéma ambulant de La boite carrée a été accueilli par la Câmara municipal de Penafiel !

Deux projections de courts-métrages étaient initialement programmées, mais la météo nous a obligés à repousser une date et comme nous restions dans les environs, finalement, une 3e séance s'est imposée naturellement :
    •    vendredi 30 juin dans la freguesia de Rio de Moinhos, Praça 20 de junho, à 21h30
    •    samedi 1er juillet à Penafiel, dans le cadre de la Noite branca, Jardim do Sameiro, à minuit
    •    mercredi 5 juillet dans la freguesia de Luzim - Vila Cova, près de la Igreja São Romão, à 21h30

 

Retour sur projections

Penafiel se situe au sommet d’une colline et la ville s’organise de part et d’autre de cette hauteur. Une fois de plus, à notre arrivée, nous nous laissons piéger par les indications du GPS ; nous empruntons la pire côte jamais gravie par le bus, en première, sur une longueur interminable… Mais il tient, il grimpe, il grimpe péniblement jusqu’à la Câmara municipal où nous devons retrouver Daniel, notre interlocuteur local.

Il nous accueille chaleureusement et nous accompagne jusqu’au village de Vila Cova pour vérifier le lieu de repli, qu’il ne connait pas beaucoup plus que nous. La météo s’annonce mauvaise ; pas de cinéma plein air envisageable ce jeudi.

Nous suivons la personne missionnée par la junta de freguesia pour nous ouvrir la salle : après avoir traversé le linge qui sèche sur le balcon, nous découvrons la petite pièce… tellement petite que l’écran n’y entre pas ! Alternative impossible, donc. Nous cherchons une autre solution. Au siège de l’association locale de solidarité située juste en face de la junta, des bénévoles s’affairent pour décorer la grande salle, en prévision de la fête qui doit avoir lieu le samedi. Nous imaginons dans un premier temps nous joindre à l’événement, puis abandonnons l’idée devant le programme déjà très fourni.  

Annuler ou repousser? À 19 heures, verdict : nous décalons la séance au mercredi suivant.

Le lendemain, nous reprenons la route, cette fois pour Rio de Moinhos. Il ne pleut plus, mais les nuages et un vent froid persistent. On nous suggère la salle des fêtes ; nous insistons et misons sur l’attractivité du dispositif avec le car pour faire venir les gens. Pari tenu ! C’est un soir où il ne reste pas un plaid disponible, mais où les spectateurs, même emmitouflés, applaudissent largement la projection.

De retour à Penafiel le samedi, nous improvisons une séance à l’occasion de la Noite branca, organisée par la municipalité et qui accueille chaque année plus de 100 000 personnes, toutes de blanc vêtues et prêtes pour une grande fête de concerts et autres scènes ouvertes. Le contexte se révèle finalement très peu adapté pour une projection de cinéma, qui plus est décalée à 1h du matin ; nous touchons des passants sur le chemin du retour, mais qui ne font que passer… Après le démontage, il est déjà 3 heures et il ne nous reste plus qu’à nous laisser guider par Daniel pour profiter nous aussi un peu de cette nuit blanche loin de s’achever…

Les trois jours qui suivent, nous subissons quelque peu la canicule, plus difficile encore dans une ville toute de pierre. Nous tâchons de travailler au frais dans la bibliothèque municipale.

Et le mercredi, retour à Vila Cova, sous un ciel sec, mais à nouveau maussade : má sorte! Pourtant, le report de date a dû faire son effet, les gens ont dû parler du cinéma ambulant, peut-être que Monsieur le Curé a effectivement transmis l’information comme le président de la junta l’avait suggéré?! Toujours est-il que le nombre de spectateurs dans ce village de 800 habitants dépasse nos espérances. Un petit camion vend des pipocas (pop-corns). Les films provoquent des rires communicatifs, la séance s’en trouve animée comme on les aime, un très beau moment! 

Après les deux premières étapes portugaises (Torres Vedras et Penafiel), l’expérience confirme nos intuitions : le plein de Super, c’est super bien sur les places de village!