Le plein de Super - Retour à Torres Vedras

Date(s) de projection: 
Vendredi, 9 juin, 2017 - 20:00 - Dimanche, 11 juin, 2017 - 23:00
Torres Vedras

Le plein de Super est repassé par Torres Vedras en 2017, pour 3 séances de courts-métrages cette fois-ci, et toujours avec la super équipe d'ATV - Café com filmes :

- vendredi 9 juin, Torres Vedras, Teatro-Cine
- samedi 10 juin, Freiria
- dimanche 11 juin, Campelos, Largo da Igreja 

 

Retour sur projections

Dès notre arrivée à Torres Vedras, nous sollicitons un accueil du bus chez les Bombeiros, les pompiers de la ville. La première séance est prévue sur le parking du Cine-Teatro, où il est impossible d’amener l’autocar.

Nous attendons ensuite Adam Baird, le réalisateur de Situation, qui nous rejoint sur la tournée pour les trois jours de cette étape. Nous ne le connaissons pas, mais c’est l’occasion de se rencontrer ?! Il arrive de Liverpool, avec un accent très fort qui rend les conversations difficiles. Pourtant, c’est un plaisir de l’accueillir et de partager avec lui nos premières dates au Portugal. Et c’est également pour lui l’opportunité de parler de son film avec les spectateurs qui le souhaitent à l’issue de la projection à Torres Vedras.

Nous retrouvons l’équipe d’ATV qui a organisé notre venue, toujours bienveillante et disponible. Nous retrouvons aussi dans le public des visages de l’an dernier, des personnes qui avaient déjà assisté à la séance de la 1re édition donnée place du Choupal avec le bus, et qui reviennent nous encourager avec le même enthousiasme. 

Le lendemain, départ pour Freiria, un village situé 20 km plus au sud. La route se révèle aussi étroite que sinueuse pour y parvenir, nous frôlons les murs, mais ça passe, ça passe…

Nous investissons la place devant l’église. Le lieu est central, les promeneurs de l’après-midi nous voient monter l’écran, il fait chaud, nous nous installons confiants, malgré l’annulation de la Marcha popular prévue le même jour. Et effectivement, la soirée nous offre une très jolie séance, avec des spectateurs qui restent longtemps discuter après, un public conquis, de belles rencontres pour nous et pour Adam. Nous veillons tard avec Paulo, le chef électricien chargé des éclairages et camouflages de lumière, qui nous raconte le lieu. 

Pourtant, le réveil sonne tôt le dimanche pour repartir, cette fois à Campelos, une trentaine de kilomètres plus au Nord. Là, le site initialement prévu pour la projection est finalement occupé pour un repas politique et festif, rien n’est incompatible ! Rien n'est jamais tout à fait calé de manière définitive non plus. C’est donc sur le parvis de la Junta de Freguesia et du marché que nous montons l’écran. Le vent souffle très fort, presque désagréable. Le pique-nique du soir attire déjà un certain nombre de personnes, puis très vite, la place se remplit. Nous ne sommes pas habitués à tant de monde ! La séance débute dans les rires et les applaudissements. C’est chouette !

Au moment de démonter, la fatigue commence à tirer ; trois projections consécutives, c’est un rythme à tenir, beaucoup de travail, des émotions…  

Et quand nous ramenons Adam le lendemain à la gare routière, il nous quitte effectivement très ému, heureux de cette expérience incroyable et toute nouvelle pour lui. 

Nous, il nous faut cheminer encore un peu pour régler les détails des deux séances à Ericeira qui viennent de s’ajouter à l’agenda pour début juillet. Mais après ça, nous savourons un repos bien mérité sur la plage !

Nous allons rester quelques jours ici, en attendant le diner chez notre ami Gonçalo, avec toute l’équipe d’ATV, pour prendre le temps que nous n’avons pas trouvé vraiment pour discuter pendant les projections…