Rencontres à Porto

A peine étions-nous arrivés à Porto que déjà, les réseaux s'activaient... 

Mónica Baptista, une réalisatrice portugaise, nous attendait chez Rita où Marie devait donner une représentation de marionnettes! La maison, située au coeur de la ville dans une ruelle bien en pente, dispose d’un jardin qui surplombe le fleuve. Depuis six mois environ, dans un état d’esprit libertaire et avec beaucoup d’énergie, Rita ouvre ses portes aussi bien aux soirées de débats politiques que de spectacle vivant. Il y aurait donc sans doute une place pour y projeter les films du plein de Super. A suivre…

Mónica autant que Marie nous ont vraiment touchés par le dynamisme et l’enthousiasme qu’elles ont déployé pour nous. Avant même notre arrivée, des coups de fil avaient été passés pour nous offrir les meilleures conditions d’accueil possibles et nous faire rencontrer un maximum de personnes. Alors on a croisé Vitor Hugo (si si c’est vrai, il est réalisateur de films d’animation!) et Luis (photographe), on a fait plus ample connaissance avec Marie (marionnettiste, clown et bien plus!), Céline nous a rejoints au car pour y passer une nuit, et Mónica ne manque jamais de nous inviter dès qu’elle en a l’occasion! 

Et puis nous voilà rassurés, nous avons trouvé un endroit sûr pour laisser le car pendant notre retour en France en novembre! Créé sur le site d’une ancienne usine d’électricité, le CACE cultural regroupe aujourd’hui une pépinière de jeunes entreprises ou associations culturelles (photographe, compagnie de théâtre ou de cirque, société de production, designer, etc.) qui bénéficient d’un faible loyer et d’un possible accompagnement grâce à l’IEFP (Instituto do Emprego e Formação Profissional) qui les accueille. José, directeur de l’IEFP (et ex-directeur d’un centre de formation de coiffure-esthétique, eh oui!), ne s’est pas contenté de nous offrir l’hospitalité ; à son tour, il s’est proposé de nous mettre en réseau avec ses partenaires pour faciliter la mise en oeuvre des éventuels projets que nous aurions à Porto. Il ne nous a pas fallu longtemps pour trouver une idée lumineuse (selon nous en tout cas!) et rédiger une proposition. Ce serait génial qu’elle aboutisse, mais on ne dira rien de plus pour l’instant! Autre affaire à suivre… 

Affaire classée cette fois, le car est enfin réparé! Là, il faut souligner l’efficacité exemplaire de Setra-Evobus en France ; ils ont trouvé tous les relais nécessaires ici, ont traduit notre demande, pris rendez-vous chez leurs collègues portugais… Il ne nous restait plus qu’à amener le bus et à attendre dans le hall de Mercedes! Ah oui, et aussi à payer (gloups)...

Ce fut un peu plus long que prévu alors le soir en sortant, nous sommes restés au nord de Porto, du côté de Matosinhos - en bord de mer et pas très loin de l’aéroport. A 6h30, l’avion de Tom - venu passer ses vacances avec nous - atterrissait et malgré l’heure matinale, nous étions tous les trois plutôt bien réveillés pour ces retrouvailles!  

Direction Miramar, au sud de Porto, pour aller se poser un peu du côté des plages et rencontrer Icaro, plasticien et réalisateur de films d’animation. Notre nouveau voisin habite une maison incroyable, la plus vivante, la plus charmante de toutes ici. Nous avons pu le voir au travail sur son dernier film dans son atelier (aussi extraordinaire que la maison!). Finalement, il est autant réalisateur, peintre, dessinateur, performer que philosophe… Une belle énergie en somme!